• L’autre jour, j’ai croisé 2 anges sur ma route. 

    ↑ Clic pour la musique - ↓ Clic pour agrandir la photo  

    Il faut dire que l’asphalte égrainait les kilomètres à n’en plus finir et cela faisait longtemps déjà que la fatigue me pesait sur les épaules. Pour repousser la torpeur qui m’étreignait, je me mis à bailler à m’en décrocher la mâchoire, mes yeux se fermèrent et me piquèrent, une larme perla entre mes cils.

    « - Que veux tu ? » me demanda Le Saint Ange « - Ou vas tu ? » renchérit son jumeau « - Je suis à la recherche de… »Je suis à la poursuite de.... de quoi ? Quelle est ma quête ? Je dois m'attendre à quoi ? « - Prends le Temps en filature ;  avec lui, remonte le cours de l’eau, depuis la cascade jusqu’à la bâtisse. »  

    Je m’engageai alors sur le chemin, passai le portail, longeai la maison du gardien et m’arrêtai au pied de la grande bâtisse.

    Le décor était dressé mais certains détails avaient changé… je ne m’y retrouvais pas

     L’escalier avait gardé sa trace sur le mur. L’air souffrait d’un étrange silence.

     Je m’approchai de la fontaine. Son glouglou tari me chuchota alors : ton pain sera souillé du crachat des vieux, accepte-le, il y a pire.

    Mais tu aimeras et seras aimée, toi, le mouton noir, la brebis galeuse, l’agneau de Dieu.

    A celle du bien-aimé, tu tresseras ta vie, avec les bons moments, les doutes, les tentations, comme des fils de soie.

    De l’éloignée qui a grandi dans le même nid, tu connaitras la peine fraternelle d’être loin des yeux, proche du coeur.

    L’amour d’enfants te fera trembler, aussi, tu règleras ta marche sur  la délicieuse petitesse de leur pas.

    Va ! Dis adieu à ton père. Ne pleure pas, ton coeur sera son écrin : il fut d'un éclat si beau !

    Saint Ange, ce n’est pas mon futur que tu me prédis, j’ai vécu tout ça….

    Ce n’est pas à toi que je m’adresse mais à la môme, là-haut, qui dans la gloire de ses 9 ans, joue autour du petit bassin.

    Je rouvris les yeux, l’asphalte égrainait les kilomètres à n’en plus finir, mes épaules étaient légères. Un sourire se dessina sur mes lèvres, j'avais eu ma dose de bonheur... et tout allait bien.

     

    Clin d'oeil à Anne HENGY, Conteuse

    http://www.annehengy.fr

    Partager via Gmail Pin It

    6 commentaires