• les SAUTHRIONS

    L'AUTRUCHE
     les SAUTHRIONS

    Une autruche vivait aux abords du village.
    Elle avait de tout temps réfréné ses passions.
    Elle n'osait trop parler, craignant que son ramage
    Ne paraisse au seigneur un signe d'agression.

    les SAUTHRIONS
    Elle avait retenu les leçons de son père
    Qui avait toujours dit et répété souvent
    Qu'au lieu de s'exprimer il vaut bien mieux se taire
    Pour ne pas dévoiler ses réels sentiments.

     les SAUTHRIONS

    Elle vivotait donc sur son lopin de terre
    Sans réflexion profonde, sans aucune ambition,
    Car aux puissants du monde il ne faut pas déplaire
    Pour ne pas s'exposer à leur malédiction.

    les SAUTHRIONS

    Parfois elle rencontrait, dehors, quelque voisine
    Avec qui elle parlait de la pluie et du temps,
    Sujets sans importance, paroles anodines,
    Dont on se satisfait sans aller plus avant.

     les SAUTHRIONS

    Pourtant elle songeait que pendant sa jeunesse
    Elle avait présumé des lendemains glorieux.
    Mais sans aucun courage et par pure paresse,
    Elle avait pris le pli transmis par ses aïeux:
    "Il ne faut surtout pas que dans ton voisinage
    On puisse imaginer que tu as de l'ambition.

    les SAUTHRIONS

    Continue à voter comme ton entourage,
    Sans jamais proférer la moindre réflexion.
    Tu pourras de ce fait jouir des privilèges
    Que sait distribuer le tenant du pouvoir.
    Trop le mécontenter paraîtrait sacrilège,
    Et tu risquerais fort de ne rien recevoir".

    les SAUTHRIONS 

    Notre discrète autruche avait mis en pratique
    Ces conseils vertueux sans les mettre en question,
    Car il est mal perçu de parler politique
    Quand on a accepté de faire soumission.

    les SAUTHRIONS

    Jamais on n'avait vu un signe de révolte
    Chez notre volatile résigné à son sort.
    Elle se contentait de si maigres récoltes,
    Qu'elle en avait perdu jusqu'au goût de l'effort.

    les SAUTHRIONS

    Les qualités qu'elle a, désormais elle les cache
    Pour ne pas irriter les roitelets locaux.
    Éviter de parler sur des sujets qui fâchent
    C'est le lot quotidien des piètres animaux.

     les SAUTHRIONS

    L'autruche est ainsi faite. Son manque de hardiesse
    La pousse à se cacher, à taire ses propos.
    La tête dans le sable elle expose ses fesses
    Et peut subir alors des puissants les assauts.

    les SAUTHRIONS
    Dès lors il est trop tard pour crier sa souffrance
    Pour celui qui subit de telles avanies.
    Les maîtres agiront sans aucune décence
    Et l'outrage infligé restera impuni.

    les SAUTHRIONS

    « IRISistibleVERCORS, ENCORE ! (en souvenir de toi, ô mon père bien aimé) »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    dunaud.laurence@alic
    Vendredi 18 Mai 2012 à 08:26

    Excellent Agnès, comme toujours.

     

    Bises, Lau

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :